90939 Ce matin on apprend que Kylie Palmer (Australie), Championne olympique à Pékin, en 2008 (4x200m nage libre) et médaillée d'argent à Londres (même discipline), en 2012, a été controlée positive à une substance illicite à Barcelone en 2013.

Vous me direz quoi de surprenant. Effectivement rien. Mais c'est une phrase relayée par le site "L'équipe" qui me met hors de moi. Le communiqué indique que «Kelly n'a aucune idée de la façon dont la substance est entrée dans son corps».

Non mais sans déconner, les sportifs controlés positifs à une substance et qui se défendent de ne pas savoir comment ça a pût arriver se foutent de nous. Je ne parle même pas de ceux qui jurent leur innocence et qui des mois ou des années plus tard se repentent quand les preuves sont trop importantes (Amstrong, Landis,...).

C'est comme Karabatic qui n'est, soit disant, pas au courant des Paris Sportifs de son frère et de sa copine. Ils nous prennent vraiment pour des jambons.

Les excuses improbables :

Des excuses pour justifier leur innocence ont parfois dépassés l'imagination des plus grand cinaristes Américain.

Dans mon souvenir voici 3 excuses des plus bidons.

- Richard Gasquet (contrôlé positif à la cocaïne) qui déclare être innocent et que c'est la fille à qui il a roulé une pelle qui lui a transmis la Coc par un baiser. 

- Alberto Contador (contrôlé positif des traces infinitésimales de clenbutérol), aurait mangé de la viande contaminée par ce médicament vétérinaire la veille de l’étape du Tourmalet «lors d’un buffet organisé en son honneur par les organisateurs du Tour de Castille-et-León»

- Ou encore  le sprinter américain Dennis Mitchell, Champion olympique du 4 x 100 mètres à Barcelone en 1992, a été suspendu deux ans pour un taux anormalement élevé de testostérone. Son explication: avoir trop fait l'amour avec sa femme. "C'était son anniversaire, elle méritait bien de telles faveurs" ou encore en 1992, Dennis Mitchell (positif à testostérone, champion olympique du 4X100m à Barcelone) qui déclare avoir trop fait l'amour à sa femme car c'était son anniversaire et qu'elle méritait bien de telles faveurs.

 Et je dois en oublier un certain nombre tout aussi idiotes.

Dopage, dopés... Un QI de combien ?

Pour moi il n'y a que deux choses qui me traverse l'esprit.

1. Soit les sportifs pris par la patrouille du dopage ont un QI de poulpe. Car franchement avec tous les contrôles, toute la mauvaise image que cela montre du sport et de leur personnalité pourquoi prendre le risque de se faire chôper ? Pour gagner ? Pour du pognon ? Pour le prestige ? Résultat quand tu gagnes et que tu te fais choper tu perds tes trophées, ton image, ton prestige et ton pognon... Et il y a de grande chance qu'ils perdent le respect des autres et la santé.

2. Soit l'entourage ne sert à rien. Franchemetnt je ne peux croire qu'aucun pote, ou personne de la famille soit au courant que le sportif se dope. Je n'y crois pas 1 seconde. Où est l'éducation, les valeurs et surtout le message de prévention du danger de se doper.

L'entourage a un rôle énorme sur le dopage. Rien que la prévention. Ils peuvent se péter la santé. Et puis gagner en trichant, quelle est la gloire, la fièreté ? Et si c'est pour l'argent alors entourés votre fils, votre pote, votre joueur a être clean et qu'il y a des tas de métier pour gagner de l'argent et être heureux. L'argent n'apporte pas le bonheur mais ça aide dit-on. Mais que faire de son pognon quand on s'est dopé et qu'on risque de ne pas en profiter car le dopage nous aura niqué la santé ?

Moi j'ai dû mal à comprendre.

Les sportifs sont tellement entraînés dès le plus jeune âge à devoir gagner, qu'ils sont prêt à tout, parfois, pour y arriver sans réfléchir aux conséquences. 

A mon sens les sportifs sont mal préparés psychlogiquement et souvent mal entourés dès le plus jeune âge. 

Il y a un gros travail en amont à faire pour limiter tout cela . Un encadrement (famille, fédé, éducateurs, psychologue,...), une préparation psychologique sur les risques, leur avenir, les médias, les reconversions,...

 

 

Teamkeke