téléchargement

Me voilà de retour de vacances en même temps que la Ligue 1. Cette saison je vais suivre avec beaucoup d'attention le parcours des Toulousains. Je vis depuis 4 ans à 30km de la ville rose et je n'ai vraiment vibré pour eux seulement lors des 6 derniers mois. Ce qui coïncide avec l'arrivée de Pascal Dupraz.

 

Un caractère, un passionné, un amoureux... Un coach quoi :

 

La tendance est aux managers et plus trop aux vrais entraîneurs. J'apprécie beaucoup l'attitude et le style de PD dans sa manière de communiquer auprès de ces joueurs. On sent un homme qui aime son métier, son sport et qui donnerais sa vie pour ces gamins qu'il entraîne.

J'avoue que je n'étais pas très fan de lui lorsqu'il était à Evian. Même si je trouvais remarquable de faire déjouer et battre le PSG Qatari. Puis son arrivée et ses analyses dans J+1 me l'ont fait découvrir où j’ai pu me rendre compte que j'avais eu tort. D'ailleurs je désirais qu'il arrive à l'AJ Auxerre car avec nos jeunes on a besoin d'avoir un coach qui transmet ces émotions et sa motivation.

Sa manière d'être me fait penser à moi. C'est sûrement un peu présomptueux mais n'a-t-on pas besoin de référence pour réussir ? Il est parfois excessif mais quand on aime ce que l'on fait on l'est toujours un peu sinon on doit faire autre chose.

Je me retrouve en lui dans sa manière de vivre le football. Avec passion comme je l'ai déjà écrit mais aussi avec un certains nombres de valeurs et avec beaucoup d'amour pour ces joueurs. Les pitchouns lui ont bien rendus en réussissant à se maintenir. Je reste persuadé qu'il préfère mettre en avant la performance de son groupe plus que sa réussite personnelle.

 

Une communication à double tranchant :

 

Là encore c'est un point où je me sens proche. Ça passe ou ça casse. Les faux-culs, les arrivistes et les grosses têtes on déteste ça. Et parfois on peut aller loin. Pour sa part, la COM sur Fernandez n'était pas, je trouve, dans le bon timing mais parfois on a besoin de régler quelques comptes pour se sentir mieux.

Par contre, il a réussi à fédérer 95% de son groupe pour aller chercher l'improbable et l'impossible pour certains. Je suis convaincu que les supporters et les joueurs se souviendront de se sauvetage. Je suis aussi persuadé que s'il réussit à maintenir Toulouse, voir même a les emmener plus haut, il deviendra comme un Gerets à l'OM ou un Guy Roux à Auxerre aux yeux des fans toulousains.

 Discours du Maintien :

En tant qu'entraineur j'ai le sentiment qu'il n'y a pas de demi-mesure mais qu'en tant qu'homme il est un peu différent. Si sur ce point nous sommes proches alors la famille doit être primordiale à ces yeux. Qu'en dehors du foot, il doit être quelqu'un de posé et calme. Un mari, un papa aimant et un ami fidèle où la communication, les valeurs et l'amour des siens sont aux centres de sa philosophie.

Je me trompe peut-être. Ce n'est que mon sentiment.

J'ai tendance à croire que pour s'améliorer il faut observer et écouter les meilleurs. J'ai une saison pour encore apprendre, et si je pouvais échanger avec lui je suis persuadé que j'en deviendrais un bien meilleur coach. Ma maladie m'empêche d'exercer ma passion pour la seconde année d’affilée mais j'ai espoir de revenir en 2017. Je vais tout faire pour y arriver et être bien meilleur que par le passé.

Toulouse n'est pas loin et j'irais peut-être voir quelques entrainements afin d'arracher, on ne sait jamais, quelques astuces.

Sur ce, bravo Pascal tu as réussi à me passionner pour une autre équipe que celle de mon cœur... L'AJ Auxerre.

 

Bonne saison à tous.

 

Teamkeke