téléchargement

Il y a des Présidents que l'on n'entend jamais (Sadran) et d'autres que l’on entend de trop. Monsieur Aulas en fait grandement partie.

Quand il ouvre sa jolie bouche pour aller au charbon quand son équipe est en difficulté je trouve qu'il est très fort. Il met toute l'attention sur lui et on en oublie les erreurs ou les déconvenues de son équipe.

Mais il y a des fois où il devrait se taire à mon avis. Déjà il y a un an avec ces déclarations sur la revalorisation salariale de Lacazette n’était pas très judicieux. Il a réussi à le mettre en difficulté et à en faire un joueur limité pendant la moitié de la saison.

Il recommence cette année avec, cette fois, des déclarations inutiles sur la puissance financière du PSG.

 

Rappelons les faits :

 

1er mai :              "C’est bien d’avoir une finale du championnat de France car le Qatar ne fait pas partie de la France"

21 juin :                 "Quand on est Français, on paie ses impôts comme tout le monde; quand on est Qatari, je crois comprendre qu'on n'a pas les mêmes règles fiscales que les autres. Si derrière on a la capacité à dépenser plus que les autres, sans qu'il y ait de contrôle, c'est insupportable."

 

3 août :                «Le PSG poursuit une politique excessive d'investissement qui va abaisser la compétitivité de notre L1 : trop c trop»

«le dumping financier tue la compétition, l'excès de l'argent du PSG tue l'aléa sportif. Comment espérer gagner demain ?»

Et j'en oublie sûrement d'autres.

 

Petite mémoire ou début d'azheimer :

 

Monsieur Aulas n'accepte pas la suprématie du Paris-Saint-Germain mais ça n'avait pas l'air de le gêner au début des années 2000 de rafler 7 titres de champions de France avec un budget plus important que les autres clubs. Aurait-il peur de ne pas être le second club français à gagner la Ligue des Champions. C'est un peu comme les marseillais qui sont de mauvaises foie avec les comptes parisiens alors que fin 80 et début 90 l'OM étaient tellement riche qu'ils pouvaient s'offrir des Waddle, Mozer, Boli, Völler, Boksic ou Beckenbauer.

 

L'Olympique Lyonnais a acheté à l'époque des Sonny Anderson, Carew, Elber, Lisandro, Grosso et un tas de très bons brésiliens. Les autres Présidents se plaignaient-ils ?

Au lieu de pleurnicher sur vos lacunes (clubs français) ne serait-il pas mieux de chercher des solutions pour que des investisseurs arrivent afin que d'autres clubs soient plus compétitifs ? N'est-ce pas alarmant de voir des clubs comme Bordeaux, Lille, St Etienne, Marseille ou Monaco être à un niveau inférieur aux clubs Turcs, Portugais, Russes et Belges ?

J'aimais cette époque des années 80/90 où quasiment  8 clubs se battaient pour le titre et où on allait loin en Coupe d'Europe. Je me souviens des Marseille, Monaco, Paris, Auxerre, Nantes, Bordeaux, Lens même Metz ou Lyon. Rappelons-nous des finales et des demi-finales européennes de l'OM, PSG et AJA en 93. Des victoires en 93 et 96 en coupe d'Europe. Des demies de Nantes, Monaco et Bordeaux ou des 1/4 de Lens, Auxerre, Monaco et Paris.

Où sommes-nous aujourd'hui ? Le football français, les Présidents et les coachs n’ont-ils pas besoin de revoir leurs méthodes de formations, de gestion, management et la façon d’aborder les Coupes Européeenes ? On joue pour ne pas perdre et quand on est en Coupe d’Europe on est ridicule.

Que je sache vous ne dites rien sur les différences avec les clubs européens qui font des transferts faramineux alors qu'ils ont des dettes plus hautes que les droits téles français.

Monsieur Aulas vous tromperiez-vous pas de combat ?

 

Un très bon Président :

 

Je trouve vraiment dommage que vous vous perdiez dans des déclarations stériles et inutiles. Vous êtes un si bon Président avec une gestion remarquable de votre club. Ce que vous avez réussi sans milliardaires est fabuleux. Ce stade, que je souhaite voir, est une merveille d'idée et qui sera dans le futur une vraie force économique.

Monsieur Aulas revenez à de meilleures intentions et surtout essayez de protéger vos joueurs car ce genre de déclarations n'ont pas l'air d'être un atout. La défaite lors du Trophée des Champions en est la preuve.

Amicalement,

Teamkeke