images

Depuis la prise de fonctions de Gérard Bourgoin à la présidence de l'AJA, on n'avait pas senti une aussi belle atmosphère autour de notre club de coeur. Et même si Francis Gillot a été un flop, les dirigeants auxerrois ont su depuis leur arrivée faire les choses de manières intelligentes et constructives.

Il n'y a pas de hasard si le public revient doucement au stade et si ce même public est content de la tournure que prennent les choses depuis l'arrivée de Pablo Correa. Alors tout n'est pas rose dans notre club bleu et blanc mais les réactions ont toujours été à la hauteur que cela soit du côté des joueurs, du staff ou des dirigeants. Francis Graille, je trouve, préside parfaitement l'AJA. Que cela soit avec le départ de Francis Gillot  le cas Polomat/Barretto, il a su (avec son équipe de dirigeants) mettre l'institution en haut de la pyramide avec le respect de tous. Pour preuve, l'Association présidé par Monsieur Parmentier, ne fait plus état de révolte ou de problème.

M. graille et Cédric Daury font un boulot remarquable. Ils viennent de signer Hamza Sakhi et prolonger Romain Philippoteaux. Un signe fort dans le projet du club. Le travail de l'ombre de Monsieur Daury n'est pas assez souligné mais cela ne doit pas le déranger. 

Le staff également est de grande qualité. Outre Pablo Correa, Jérémie Janot est aussi un maillon fort et un plus-value pour notre club. L'AS St Etienne est une institution, un club qui fait vibrer tout un département et c'est pareil pour l'AJA. Je pense qu'il peut transmettre de très belles valeurs aux joueurs, aux jeunes notamment par le biais de son expérience et de sa philosophie. Il ne faut pas oublier les autres membres du staff mais Jérémy est le plus médiatique.

 

Sur le terrain, les joueurs ont su montrer une belle image (mis à part l'incident à Quevilly) avec cette deuxième partie de saison plus qu'honorable (6ème depuis la trêve). On sent une réelle osmose dans ce groupe, d'où je suis j'ai l'impression que le groupe vit bien et qu'ils se sont donnéun objectif commun et que les départs ne seront pas nombreux... Surtout chez les titulaires. Et même si l'élimination contre les Herbiers a fait râler les supporteurs, derrière ils ont su obtenir leur maintien rapidement. En ce moment, c'est plus compliqué mais comment en vouloir à ce groupe qui a vécu tellement de rebondissements depuis juillet dernier ? Un petit relâchement était à prévoir. Et puis ne faut-il pas mieux qu'ils se relâchent maintenant pour être à fond toute la saison 2018/2019 ? Il n'y a rien d'alarmant.

Que ce soit tant au niveau des dirigeants, des joueurs, des décisions prises et surtout dans la communication, tous ont réussi à redorer le blason de l'AJA. Et si ce n'est pas encore fait dans les médias et dans le monde du foot, c'est d'abord le cas dans le coeur et la tête des supporteursauxerrois. N'est-ce pas le plus important au final ?

Tout cela est bien beau mais va pas falloir se rater en 2018/2019. Le public et les équipes adverses vont les attendre au premier virage. Et le son risque de monter en cas d'accrochage régulier. Mais comme depuis 1989, j'ai confiance. On se doit d'être à 2000% avec eux

En tout cas, je suis fier de porter l'écusson auxerrois dans ma contrée Montalbanaise malgré le fait de me faire chambrer, l'AJA reste pour moi le plus grand club du monde. Seul petit bémol, le public n'est pas encore au rendez-vous mais avec les résultats ça reviendra sûrement et l'Abbé-Deschamps vibrera à nouveau.

Allez l'AJA, emmenez-nous vers les sommets... On croit en vous !

#Plusfortavecnous #teamaja

Kev