aja

Samedi après-midi j'étais entrain de coacher mon équipe de U15 dans le Tarn-et-Garonne pendant que mon club de coeur, l'AJ Auxerre, était entrain d'être défait par le RC Lens (1-2). On l'a emporté, les gamins ont chanté puis j'ai regardé mon portable pour voir le résultat de l'AJA. Malheureusement, en ce moment voir Auxerre perdre n'est plus une surprise. Les matchs se suivent et se ressemblent.

Je ne peux pas juger de la performance auxerroise samedi mais qu'est-ce que je souffre en voyant les résultats, en les regardant jouer. Je t'aime mon AJA, je porte tes couleurs avec fierté malgré les résultats plus que décevant depuis trop longtemps. On me charrie quand je dis que "C'est le plus grand club du monde". Je le dit en souriant mais mon coeur est bleu et blanc pour toujours. 

Mais au final, quelle est la solution pour remonter la pente ? Y'en a t-il une ? Mais surtout quels sont les problèmes récurrents pour que chaque année on n'arrive pas à jouer les premiers rôles ? Est-ce les joueurs qu'on change par poignée chaque été qui mettent du temps à s'adapter ? Est-ce le choix des entraîneurs qui font quelques bons mois puis après plus rien ? Est-ce plus profond avec l'oubli de nos valeurs, de l'amour du maillot et de la fierté de représenter l'histoire d'un grand club français ? C'est dur pour nous supporters ! 

Ce qui m'interpelle c'est un peu tout ça et aussi nos jeunes qu'on forme mais qui n'arrivent pas à être performant chez nous. Par contre les Haller ou Ndicka sortent de chez nous et réussissent... En fin de compte, il y a beaucoup de choses qui interpellent. On entend que Guy Roux est trop présent, qu'il y a une gueguerre entre le club et l'Asso mais c'est à cause de ça que tout va mal ? Je n'y crois pas.

Beaucoup de supporters demandent la tête de Correa. Ok, pourquoi pas mais est-ce la vraie bonne solution ? Outre les mauvais résultats c'est la gestion humaine qui m'interpelle. Le cas BOUCHER mal géré, le cas JANOT qui malgré ce qu'on veut nous faire croire à un soucis plus profond eninterne, les joueurs mis à l'écart du jour au lendemain (Boucher, Ba, Sacki, Tacalfred,...), etc. On était maintenu assez tôt la saison dernière et on nous disait que c'était bien pour anticiper les transferts, pour préparer la saison à venir et pour stabiliser l'effectif. Résultat, on a fait Dugimont-Michel-Ketkeo en fin de mercato et le départ plus que tardif de Boucher. On met de côté des leaders qui ont maintenu le club comme Sacki, Barreto, Tacalfred ou Boucher à l'écart. Ok pourquoi pas cela aurait pût marcher mais là ça prend plus.

Cela fait beaucoup trop de choses pour qu'on soit compétitif. Et puis où on sont passé nos valeurs ? Il y a maintenant des huis-clos à l'entrainement ! Comme si cela changeait quelque chose, comme si les supporters étaient si virulent qu'il faut protéger les joueurs. Comme si on était si bon pour que nos adversaires nous craignent au point de cacher la tactique ou le dispositif.   Alors M. Graille et M. Zhou font du bon boulot avec des changements nécessaire, des investissements dans les infrastructures et c'est bien. Mais y'a quelque chose qui ne fonctione pas. Mias quoi ? Pourquoi on ne s'appuie pas sur les anciens ? Même seulement les inviter de temps en temps pour transmettre leur vécu, leur histoire aux joueurset partager ce qu'est l'AJA, pour expliquer ce qu'est de porter ce maillot.

Pour moi Pablo CORREA a perdu son vestiaire. Mais ce qui me dérange là-dedans, c'est que Gillot l'avait aussi perdu donc pourquoi ce mal récurrent ? Dans le jeu (j'ai vu Troyes), on domine mais on ne marque pas. Yattara ou Adéoti font le pressing mais le bloc ne monte pas, les lignes sont trop loin des unes des autres ce qui permet à l'adversaire de relancer peinard puis de construire. Et que dire du déchet dans la dernière passe, dans le dernier geste ? 

Je ne veux pas faire mon vieux con en disant "Avant c'était comme ci ou comme ça" ou "Avec Guy Roux ça ne se serait pas passé comme ça". Le passé est passé et faut avancer. Simplement, faut avancer sans oublier l'histoire et s'appuyer dessus pour se construire un bel avenir. La vie m'a emmené loin du stade Abbé Deschamps mais depuis 1988 et mes 7 ans, l'AJA est mon club, mon club de "paysans" comme disent les marseillais et les parisiens. Je suis fier de porter l'écusson de l'AJA, je suis fier que ma femme quand j'étais dans le coma est mis le fanion de l'AJA au dessus de mon lit car elle sait au combien l'AJA est une force pour moi face à ma maladie. J'ai même réussi à faire en sorte, à 800km, que mes enfants aiment l'AJA. Eden est fan absolu dePhilippoteaux, Emma c'est de Boucher (même s'il est à Angers maintenant), la petite qui va arriver décembre à déjà les chaussons. Je serais triste qu'ils aillent aimer un autre club car l'AJA ne les fait pas rêver ou parce que l'on a perdu nos valeurs qui ont fait de nous un club à part.

Je ne suis qu'un petit supporters auxerrois dont la voix ne sera sûrement pas entendue, dont les mots ne seront sûrement pas lu ou pris en compte. Ce n'est pas grave car j'écris avec mon coeur, j'écris pour mon AJA car je souffre en te voyant ainsi... Mais jusqu'au bout je te supporterais, jusqu'au bout je t'aimerais...

Le Bourgogne est bleue et blanche à jamais.

Allez l'AJA

#MerciJames

Kev