IMG_7564

De temps en temps, j'aime raconter le quotidien d'un entraîneur amateur et bénévole. Aujourd'hui, j'aimerais évoquer le côté psychologique d'un entraîneur de foot amateur. A l'inverse des entraîneurs pro, on n'a pas de staff pour parfois prendre notre relais sur les séances mais également pour la gestion du groupe, la gestion individuelle des joueurs et tout ce qui vient de l'extérieur. Encore moins la partie psychologique.

En début de saison j'ai continué mon travail d'apprentissage pour les jeunes sur du football à 11 chez les U15 avec une bonne réussite dans les résultats mais surtout moins de problème avec les parents. Puis en novembre, le club m'a demandé de prendre les U17 car le coach avait arrêté après quelques différents avec les joueurs. L'objectif que m'a donné le président "Ramener du calme et de la serrénité dans ce groupe de qualité, et les préparer au monde senior puisqu'il n'y aura plus de U19 la saison prochaine.

Dans le monde amateur il faut se justifier auprès des joueurs, des parents mais malheureusement aussi auprès de certains dirigeants et/ou coach qui pensent toujours qu'ils feront mieux que celui en place, en l'occurence moi pour les U17. Mais cette saison j'ai décidé de ne pas me prendre la tête et de laisser les médisants et les bien pensants parler, s'auto-caresser. Je suis devenu beaucoup plus zen mais pas moins compétituer.

Mais détaillons un peu...

Les joueurs

Je dis toujours qu'un joueur ne peut pas comprendre la complexité d'être entraîneur et la difficulté de faire une séance qui plaise à tous ou la difficulté de faire des choix. Un joueur est avant tout nombriliste, égoïste et même s'il a joué 85 minutes il peut râler ou nous en vouloir. Même si, heureusement, ils ne sont pas tous comme ça. 

Mais le plus gros travail d'un éducateur est la gestion de groupe avec les égos de certains et le comportements d'autres. On se doit de faire cohabiter des joueurs introvertis avec les joueurs aux caractères plus affirmés, même trop sûr d'eux pour certains avec le devoir de ne pas faire de favoritisme. Tout ceci est assez complexe. Il faut des joueurs à l'écoute et prêt à se remettre en question mais le coach doit surtout communiquer et être accessible envers son groupe. Combien sont réellement reconnaissant envers leur éducateur qui prend du temps pour eux ? Je prends beaucoup de plaisir avec ce groupe U17 mais sûrement la gestion la plus complexe que j'ai eu a faire car j'ai des joueurs très très différents. 

Les parents

Dès les U7 certains parents mettent la pression sur leur enfant au lieu de les laisser s'amuser et plus ils grandissent, plus ils pensent que leur enfant va devenir pro. Laissons-les jouer, prendre du plaisir, s'amuser. Il y a 3 semaines dans la catégorie de mon fils j'ai entendu un père dire après une défaite 4-1 en futsal "Vous n'allez pas perdre tous les matchs 4-1, bougez-vous un peu" de manière autoritaire. J'ai dû m'interposer pour expliquer que nos pitchouns ne jouaient pas la coupe du monde surtout que eux, s'en fichent.

C'est pénible ! Mais j'ai vécu également de la part des parents des reflexions, des attaques et même des complots pour m'évincer car je mettais leur fils en équipe 2 et non en équipe 1. Aucune objectivité. Heureusement, la majorité des parents m'ont soutenu. Le pire là-dedans c'est que les enfants ne voulaient qu'une chose "Jouer" même si certains aiment la compétition évidemment. 

Les parents qui se plaignent, qui feraient toujours mieux que les autres n'aident jamais, ne sont que très rarement dirigeants. Ils ont la bouche mais après... Y'a plus personne. Certains parents sont un fléau.

Les dirigeants/éducateurs/coachs

Là encore, tous ne sont pas mauvais mais on a toujours ceux qui te font la morale "moi, j'aurais fait ça", "A ta place...", etc, etc... Et je ne parle pas des critiques ou des faits réalisés dans le dos. Le football, même en amateur, est fait de personnes mal intentionnée et je suis loin de cet état d'esprit.

N'y a-t-il pas de la place pour tout le monde ? Et puis, sans prétention, si jamais je suis si mauvais pourquoi j'ai des résultats avec chacune de mes équipes ? Pourquoi mes joueurs me demandent de continuer ? Mais surtout pourquoi me fait-on confiance (club, district, ligue,...) ? Si je ne suis pas à la hauteur, je devrais déjà être mis au placard. Ma satisfaction ? Que partout où je suis passé les joueurs que j'ai eu suivi et adhérer.

Tout ça pour dire qu'il  ne faut pas s'étonner s'il y a de moins en moins de bénévoles car quand on doit tout gérer du terrains au mental, en passant par les parents, l'organisation des tournois et même parfois arbitrer, on s'essouffle. Moi, j'ai décidé de prendre une année  de repos en intégrant un staff en tant que N°2 afin d'éviter un bon nombre de ces problèmes... 

Hereusement, j'ai un adjoint formidable, un président de grande qualité et des amis avec qui on passe de bons moments, et avec qui on se soutien. Cela reste que du sport et certains devraient redescendre et dégonfler un peu le boulard.

Mais j'aime trop coacher et je sais que je reviendrais sur un banc en tant que N°1 un jour. 

Alors les geeks, demain qui vient me prendre la tête (rires)

Kev