IMG_1971

Bruno avec Eden

Nous sommes en fin de soirée samedi lorsque mon portable vibre plusieurs fois "Kevin t'as vu Bruno Blanzat quitte France Bleu Auxerre". Et non, je ne savais pas et je me renseigne auprès de l'intéressé qui me confirme son départ pour 4 mois et plus si affinité. Je suis dégouté mais content pour lui.

Je vais essayer de ne pas être trop long mais Bruno était devenu un ami. Cela a débuté en 2008 lorsqu'il entend parler d'un projet sur le club de l'AJA venant de la Maison de Quartier St Siméon. Un documentaire réalisé par des jeunes de quartier et par un jeune éducateur en formation, moi. Il vient nous voir, nous reçoit en studio et participe au débat en mars 2009 après la diffusion du documentaire au cinéma Casino d'Auxerre. 

Au fil du temps, et des années on a gardé contact, pris des nouvelles de nos enfants, de nos familles. Dès que je montais sur Auxerre, on se voyait, buvait un verre et parfois il m'invitait à 100% AJA. J'ai même eu la primeur d'être interviewé un matin après un match depuis le Tarn-et-Garonne. Mais les choses ont évolué comme nous on a muri et grandit. Il a salué la naissance de mes 3 enfants à l'antenne mais a surtout été d'un soutien important lorsque j'allais mourir ou que ma santé me faisait souffrir. Toujours un mot, une attention envers moi dès qu'on se voyait.

Evidemment le foot nous a rapproché sans que forcément on soit si intime que cela, au point que l'on ne connait pas nos femmes respectives (rires). Un respect mutuel qui me permet de parler de lui comme la plupart des supporters, qui ne le connaissent pas, et qui peuvent se sentir proche de lui. Sa façon de commenter les matchs font de lui quelqu'un de notre famille, de notre quotidien. Originaire du sud, il a pris Auxerre comme son club de coeur même si l'OM reste, je crois, loin devant. Il a appris à aimer le coin et ses alentours, c'est un journaliste proche des supporters, des joueurs et d'un bon nombre de dirigeants. 

Il a dans sa façon de commenter un match, quelque chose d'Eugène Saccomano. Parfois à nous faire vibrer sur une touche magistrale ou à nous narrer des anecdotes de vestiaires ou même à nous faire vibrer lors des buts de l'AJA comme personne ne pourrait le faire. Bruno c'est le gars qu'on ne connait pas forcément mais qu'on aime et qu'on aimerait avoir comme ami tellement il est sympathique.

Difficile d'oublier les "Messieurs les auxerrois" ou "Messieurs les icaunais" si mythique, et bien d'autres expressions à lui. 

Quand j'ai appris la nouvelle de son départ, cela m'a vraiment touché comme si quelqu'un de la famille déménageait. Pourtant j'habite à 6h de route d'Auxerre maintenant mais Bruno était dans mes oreilles presque chaque lundi soir à 18h30 ou vendredi soir pour le Ligue 2. Au vue du nombre de commentaires de remerciement et demandant aux sudistes " prenez soin de notre Bruno" montre à quel point il ai aimé par le peuple auxerrois;

Je sais également qu'être journaliste n'ouvre pas forcément les portes d'un club. Chacun tente de faire son métier mais je reste persuadé que l'AJA devrait lui rendre un bel hommage. Il a accompagné l'AJA depuis plus de 10 ans sans jamais baisser son amour pour le club et l'institution. Il a respecté chaque personne et surtout son métier, ce qui n'est pas toujours facile dans ce métier.

Alors, c'est vrai pour l'instant c'est un CDD de 4 mois mais entre nous quand on aime les gens, on veut leur bonheur. Alors on peut lui souhaiter d'obtenir un CDI, qu'il s'épanouisse et s'il commente l'OM samedi prochain je me ferais un vrai plaisir d'écouter France Bleu "Provence" rien que pour l'entendre faire sa première.

Je, on te souhaite la meilleure des réussite et surtout prend soin de toi et de ta famille. Bon vent l'artiste !

Peace l'ami

Kev