Quand en février 2017, le Coach des U15 m'a demandé de rejoindre son staff j'étais très heureux. Pouvoir être utile au bord d'un terrain était une première victoire après 24 mois de galère et 8 opérations. Il y a 14 mois on me aissait une chance sur 10 de vivre, de revoir mes enfants. Je n'arrivais plus à marcher et parler.
Puis de file en aiguilles, l'idée à émerger de reprendre derrière lui. Du coup, j'ai pris les U15 plus tôt que prévu (à 2 matches de la fin du championnat) puisqu'il m'a laissé amicalement prendre le groupe.

Une joie de partager ma passion :

Le football je le pratique depuis mes 6 ans (j'en ai 36) mais j'ai suivi mon papa au bord des terrains dès mes 2 ans. Puis j'ai appris à aimer l'AJ Auxerre, mon club de coeur, le meilleur club du monde.

Très tôt les apstects tactiques et techniques m'ont intéressés et à 15 ans j'encadrais déjà. J'ai même retrouvé un cahier où je faisais la compo et les entraînements de la semaine. Je pense d'ailleurs être bien meilleur éducateurs/entraîneurs que j'ai été joueur. 

Ce sport je l'aime, ce sport m'a sauvé la vie quand j'étais seul et que la maladie me rongeait. Le football m'a permis de me sentir vivant (avant de rencontrer ma femme), ce sport m'a fait pleurer, crier et rendu fou de joie. Alors partager mes quelques connaissances avec les jeunes ou les seniors est pour moi un honneur.
Je ne me prends pas pour un Top coach. J'essaye seulement que mes joueurs s'éclatent et progressent.

Il y a une semaine, avec les U15 on a perdu de justesse (3-2) mais les garçons avaient été géniaux. Beaucoup moins les adultes autour du terrain. À la fin du match, une échauffourée se forme. J'essaye de séparer des grands gaillards et là un coude frôle mon ventre, là où j'ai une plaie ouverte. Ensuite, je me fais marcher dessus et je m'emporte en criant "Y'en à marre, je ne vous veux plus au bord du terrain ou en tribune". J'ai pris peur, j'ai pensé à mes jeunes joueurs et à l'image qu'on donne.

Seulement, quelques jours après je reçois un mail salé d'un parent. Qui ne veut pas partager le repas de fin de saison avec moi car ce que j'ai dit ne lui a pas plu. Je lui explique qu'il fallait m'appeler, que ce n'était pas contre lui mais il n'en démords pas. Ok, je prends note.

Des mots inadmissibles :

Deux jours plus tard après une victoire (6-1) qui nous permet de rester dans l'élite départementale, ce même parent envoi son fils pour me parler et me dit "ce que t'as dit y'a 1 semaine ne m'a pas pas plu". Je m'en excuse et lui explique le situation mais rien y fait. Il enchaîne en me disant "j'espère que mon mail t'as blessé, t'as fait mal" surpris je lui dit que non 👎🏻, il continue "faudrait que t'arrête avec ton égo surdimensionnés, toi tu as joué à beaucoup de poste si on te croit". Je suis encore plus surpris. Ben oui j'ai joué à beaucoup de poste. En 20 ans de foot j'en ai fait des postes.
Je suis resté courtois pour le bien de son gosse mais je sais ce que je ferais en fin de saison.

C'est vrai que je dis "JE" souvent mais c'est seulement pour expliquer les choses de manière concrète sans prétention. 

Après ce genre de propos j'étais dégoûté. Est-ce que le mec à raison ? Ou est-ce c'est un microbe au milieu d'un corps sain ?
Le football pour moi ce n'est pas les parents qui gueulent au bord du terrain ou les dirigeants qui critiquent toujours ce que les bénévoles font. Ce n'est pas devoir gérer les adultes sur de l'extra sportif et devoir toujours me justifier. Ce n'est pas prendre des coups (physique ou moral) alors que tu fais cela par passion.
Je veux me pré-occuper de mes jeunes et du terrain, c'est tout.

Du coup, j'ai textoté mon Président pour lui exprimé mon dégoût de tout ça et que je ne continuerais pas dans ces conditions. Je ne suis pas près psychologiquement à subir ça. J'ai été déclaré inapte dans mon métier également à cause de ma maladie qui déclenche des crises avec le stresse et les attaques verbales. Je suis trop sensible malgré ce que je fais paraître. Le football est pour moi un plaisir et ne dois pas devenir une prise de tête. Je suis ouvert et entend les critiques, pas ceux qui me vuelent du mal.

On verra, j'ai été touché mais pas coulé. Je déteste ce Monde où vouloir faire mal à l'autre est devenu banale. Je ne comprends pas cela. J'apprécie de bosser pour mon club ou pour le site Footpy. J'aime mettre en valeur mon sport et les amateurs qui le font vivre. Si je dois arrêter de coacher pour bosser avec mon Président et mon boss, pas de soucis. Fred et Olivier, tout comme Bruno, Guilaume et Mimi, m'ont soutenus depuis des mois et fait part d'une amitié sans faille. C'est grâce à eux que je prends beaucoup de plaisir chaque semaine et que je me sens bien.

Je suis là pour le foot ⚽️, pour ceux qui le méritent et pas pour le reste.

A bientôt les Geeks !!!